BREST ATLANTIQUES 22 novembre 2019 : SODEBO contraint à l'abandon suite aux dégâts causés par le choc avec un OFNI @Batlantiques @Sodebo_Voile

PLAY VIDEO
| Reportage | [Sport] Voile | Brest Atlantique 2019 | Vu 8952 fois
[Brest Atlantiques] Vidéo N°16594

En escale au Cap depuis jeudi, Thomas Coville et Jean-Luc Nélias ont annoncé ce vendredi leur décision de ne pas poursuivre « Brest Atlantiques », Sodebo Ultim 3, endommagé dans l’Atlantique Sud, ne pouvant pas repartir en toute sécurité. En tête de la flotte, le Maxi Edmond de Rothschild poursuit sa remontée le long du désert namibien, 300 milles devant le trimaran MACIF et Actual Leader.

Au lendemain de leur arrêt au Cap, Thomas Coville et Jean-Luc Nélias, en accord avec leur partenaire Sodebo, ont annoncé ce vendredi leur décision d’abandonner sur « Brest Atlantiques ». Sodebo Ultim 3 avait été victime d’un choc violent avec un objet flottant non-identifié peu avant d’arriver dans les quarantièmes, provoquant la casse du safran tribord. Ce dernier avait alors, à son tour, abîmé l'arrière du flotteur, qui a fini par céder, conduisant les deux skippers, et le media man Martin Keruzoré, à faire escale au Cap, où les a rejoints une partie de l’équipe technique du Team Sodebo, qui a passé le trimaran au peigne fin.

La suite, c’est Thomas Coville qui la raconte dans le communiqué envoyé par Sodebo : « Avant de reprendre la longue remontée pour terminer « Brest Atlantiques », on voulait s’assurer que le bateau était intègre. En investiguant plus profondément, on a découvert que le foil tribord avait aussi été impacté. Cela nous empêche de continuer en toute sécurité, dans les performances dignes de « Brest Atlantiques » et de ce que nous avions fait jusqu’à présent. La course est partie fort, dans des conditions très musclées pour un bateau neuf et nous avons réussi à faire toute la descente au corps à corps avec les meilleurs. A Rio, après les escales de MACIF et du Maxi Edmond de Rothschild, nous passons en tête. Toute la course se déroule bien, jusqu’à ce choc violent qui nous a handicapés. Sur une première année et sur une première course, on a beaucoup appris. C’était une course à forts rebondissements, mais elle a mérité d’être une grande course. C’est une grande frustration de devoir abandonner. Nous allons ramener le bateau en équipage pour des raisons de sécurité et pour que le programme continue. On est en train de construire quelque chose de grand avec ces bateaux et ce n’est que le début. Bon vent à tous ceux qui continuent. »

https://www.smartrezo.com/brest-atlantiques/index.html

[Brest Atlantiques]

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant